Le Père Pedro obligé aussi de fermer les écoles et lieux de travail d’AKAMASOA

La carrière de Bemasoandro ….vide de ses ouvriers

(repris du site ami « Amis du père Pedro » de Meaux)

Importée par des voyageurs rentrant de l’étranger la pandémie de coronavirus touche désormais Madagascar. Une cinquantaine de cas ont été identifiés, d’autres cas douteux mis en quarantaine. Les autorités ont décrété « l’état d’urgence sanitaire », ainsi que le confinement.

Cela veut dire que les écoles sont fermées ainsi que beaucoup de lieux de travail et les ouvriers doivent rester à la maison. Le confinement imposé a bien du mal à entrer dans les faits car les femmes ont généralement un grand nombre d’enfants, les logements sont exigus et insalubres, les familles n’ont pas l’habitude ou la possibilité de stocker des provisions de nourriture. Dans la capitale, la population la plus vulnérable qui est la plus nombreuse a commencé à se plaindre en disant : « si nous ne travaillons pas, qu’est ce que nous allons manger ? »

A Akamasoa l’inquiétude progresse et Père Pedro nous écrit : « … nous nous réunissons tous les matins avec le corps médical, les éducateurs, les responsables de villages pour faire le point sur la situation des familles d’Akamasoa. Comment tenir tant de petits enfants enfermés dans des maisons de 10 à 30 m2 ? La plus grande partie de la population vit au jour le jour et personne ne possède de stocks …………..d’autant que ces familles sont celles qui ont le plus grand nombre d’enfants……. Depuis des années, nous voyons un peu partout un laisser aller et une indifférence face aux problèmes sociaux, tout cela se manifeste actuellement par une indiscipline des personnes qui veulent toujours faire à leur guise.

Cependant nous sentons parmi les responsables d’Akamasoa un sentiment profond de responsabilité et une réelle prise de conscience de la gravité du moment. Nous constatons également que des nouvelles solidarités d’entraide naissent parmi les familles.

« L’amour est inventif à l’ infini » disait Saint Vincent de Paul

A Akamasoa avec les responsables et tout le Peuple, nous allons faire de notre mieux pour unir toutes nos forces et rester ensemble pour lutter contre cette pandémie. Plus que jamais, la prière est une force qui nous aide à garder l’espérance pour avancer et tenir debout……………Ensemble prions les uns pour les autres

De notre coté, notre propre confinement et la grave situation dans laquelle nous nous trouvons ne doit cependant pas nous empêcher de faire preuve de solidarité envers la communauté d’Akamasoa et ses 15000 enfants qui ne peuvent plus recevoir le repas quotidien que l’école leur assurait.

Merci de tout cœur pour votre soutien.

avril 4, 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *